A l'officier qui lui demandait comment combattre une idée, Messala, le tribun, répondit "par une autre idée" – Lewis Wallace – Ben-Hur

Donnons-leur des héros

Adolescents : des raisons d’espérer plutôt que des motifs d’exil

10/22/2014

Stalingrad1, septembre 1942. Nikita Khrouchtchev, rudoie les commissaires politiques d’une Armée rouge en déroute. Comment galvaniser les esprits ? Blancs de peur, ils n’ont d’autre idée qu’accentuer la terreur en usage dans leurs rangs. Un jeune officier ose aller à contre-courant. « Donnons-leur des héros. Il faut faire des exemples, oui mais des exemples à suivre« .

Ygo Mitoraj Hypnos

Ygo Mitoraj Hypnos

Emballement versus dépit

Au cinéma c’est un effet, dans la vie une nécessité. La symbolique de ce dialogue nous renvoie un double écho au sortir de l’emballement médiatique suscité par les jeunes candidats au djihad. Alors qu’on a disséqué le phénomène à souhait : radicalisation, filières, retour… ; aucune réflexion ne s’est ouverte sur ses catalyseurs. Passé les effets de menton, on a renforcé une législation répressive, déjà lourdement liberticide mais populaire parce que populiste. Personne n’a osé penser à contre-courant.

La fièvre retombée, tentons d’aborder calmement le problème. Si l’attractivité du djihad demeure très limitée, elle n’en est pas moins significative et mérite réflexion. Pour s’expatrier en zones de guerre où l’on a de grandes chances d’être tué, capturé ou torturé, il faut que le fanatisme balaie toute raison et (ou) que le quotidien soit si désespérant que le risque apparaisse salvateur.

Dans une France vieillissante, revenue de ses idéologies, déchirée par son refus d’entrer dans le XXIème siècle, une jeunesse bientôt minoritaire sait qu’elle vivra moins bien que ses parents. Elle peine à s’imaginer un avenir. Les mieux formés s’expatrient, la majorité se résigne, une infime minorité s’engage dans ce qu’elle estime être une juste cause. Que ce soit vrai ou faux n’a aucune importance, c’est ainsi qu’elle le vit.

Devenir acteur 

Il n’y a pas de djihadistes heureux. Futurs combattants ou jeunes candidat au départ se révèlent dépités ou en souffrance. Adolescents (tes) fragiles, influençables, en quête d’absolu, jeune en difficulté, parfois pétris de ressentiments, tous vivent leur engagement comme structurant et libérateur. Structurant car ils se voient intégrés et acteurs d’un projet collectif plutôt que marginalisés dans une société discriminante. Libérateur car combattants, ils s’imaginent vainqueur là-bas plutôt que perdants ici. Debouts plutôt qu’humiliés, collés au mur bras et jambes écartés,  par une police qui les contrôle de façon élective dès qu’ils mettent un pied dehors.

« L’Islam, c’est le seul moyen de pas partir en vrac » résumait une jeune fille. Comprenons qu’au-delà d’une religion, l’Islam est autant une famille qu’un refuge, une valeur qu’un défi. Plus l’Islam sera stigmatisé, décrié, moqué, rabaissé2 , plus il serrera les rangs et plus la lecture intégriste du Coran trouvera d’échos. Le protestantisme ne fut jamais aussi vivant que lors de ses persécutions.

Avoir une place 

« Donnons-leur des héros ». Les djihadistes l’ont compris. Plus prosaïques, ils promettent aux jeunes ce que notre société se révèle incapable de leur offrir, une place et un idéal de vie, à charge pour eux de se construire un avenir. Là où nous laissons perdurer l’échec et cultivons l’humiliation, eux insufflent la rage de vaincre. Dans l’horreur, nous le savons mais pour beaucoup, une fois les yeux ouverts, il sera trop tard pour faire demi-tour.

Que les mieux lotis en viennent à offrir leurs talents à nos concurrents et certains défavorisés leur sang à des idéaux dévastateurs devrait nous interpeller. On met les canots à la mer quand le navire prend du gite. Apparemment, cela n’éveille guère l’intérêt . Mais après tout, pour paraphraser le nihilisme ambiant, «A chacun son djihad ».

 1 Stalingrad, un film de de Jean-Jacques Annaud, 2001

2 N’a-t-on pas vu les musulmans de France, sommés de montrer publiquement leur indignation envers les décapitations perpétrées par l’Etat Islamique ?

Share this:

Leave a comment